06/10/2006

Philosophie Indienne

 

Sioux, Cheyennes, Iroquois, Apaches, ces noms évoquent de fiers guerriers, chasseurs de bisons et cavaliers émérites, symbole d'une vie libre dans les espaces sans fin d'une Amérique de Western. Mais ce n'est pas la réalité. Tous les westerns du monde n'ont pas su montrer les Indiens tels qu'ils sont vraiment. Les films transforment leurs croyances, ils oublient leurs techniques, ils caricaturent leur mode de vie. Le cinéma américain nous raconte des histoires d'Indiens et non pas l'histoire des Indiens. Et cette histoire aurait commencé quelques 40.000 ans avant l'arrivée de Christophe Colomb.

C'est à cette époque que venant d'Asie, ils se seraient installés en Amérique. Un pont de glace relie alors la Sibérie à l'Alaska. Tout en poursuivant des troupeaux de mammouths, des groupes de chasseurs nomades sont passés sans le savoir de l'Asie en Amérique. Au fil des millénaires, les Indiens s'installent partout du Nord au Sud.

Une deuxième vague venant de Sibérie occupent les déserts glacés de l'Arctique, il y a 3000 ans. Ce sont  les Inuits. Les peuples indiens s'adaptent aux milieux naturels les plus difficiles. Des grandes plaines de l'Ouest en passant par l'immense forêt amazonienne jusqu'à la terre de feu, ils créent des civilisations extrêmement différentes.

Avant l'arrivée des Blancs, on estime que 7 à 8 millions d'indiens occupaient l'Amérique du Nord. Tous les vestiges archéologiques retrouvés ici et là, dans les vestiges, attestent de l'ancienneté de l'occupation du continent. Ici comme sur d'autres continents, on retrouve les mêmes signes de l'évolution de l'homme comme par exemple le façonnage de récipients , les peintures rupestres représentant les scènes de la vie quotidienne, l'expression par signes chez les peuples qui n' écrivaient pas ou bien encore les outils primitifs, mis à la disposition par la nature ( pierre, os , bois taillés). Et puis, au fil du temps les techniques ont évolué comme nous le montre dans certaines régions les habitats collectifs très poussés à plusieurs étapes.

Les premiers Américains du Nord, les Indiens étaient et restent encore aujourd'hui des chasseurs comme les Cree du Canada. Autrefois, le caribou, l'élan, l'ours, le castor et aussi bien sûr le bison étaient traqués pour leur chair et leur peau. Il y a aussi la pêche qui fait vivre des populations entières, sur la côte Nord- Ouest où le saumon est abondant.

Et puis bien sûr, là où le  climat le permet: l'agriculture.
Le maïs d'abord: des clairières du bord des grands lacs aux plaines sèches de l'Arizona .
Aucun peuple ne néglige pourtant la collecte des racines, des baies sauvages ou des plantes médicinales.

Suivant, qu'ils soient nomades ou sédentaires, vivants en famille ou en collectivité, et bien sûr suivant le climat, chaque groupe possède un habitat différent.

Le Dôme en peau de caribou, la maison de thuyas, les maisons collectives en écorces d'arbres, la maison en terre ou en palmiers nains, les tipis en peaux de bisons et la cabane en plaques de bois.

Aujourd'hui, seules quelques dizaines de langues indiennes survivent alors qu'à l'arrivée des envahisseurs européens, elles étaient des centaines.


 

 

 

" Quand tu te lèves le matin, remercie pour la lumière du jour, pour ta vie et ta force.
Remercie pour la nourriture et le bonheur de vivre.
Si tu ne vois pas de raison de remercier, la faute repose en toi-même."
(Tecumseh, chef Shawnee ( 1768 - 1813) )

Partout dans la nature, les Indiens voient la présence d'esprits, de force.
La vie est un dialogue permanent avec elle afin de se les concilier ou de s'en protéger.

Nous voyions la main du Grand Esprit dans presque tout: soleil, lune, arbres, vent et montagnes. Parfois, nous l'approchions à travers toutes ces choses.
Etait- ce si mal? Je pense que nous croyons sincèrement en l'Être suprême. ...
Les Indiens qui vivent près de la nature et du maître  de la nature ne vivent pas dans l'obscurité."

Dans un discours célèbre en 1855, le chef Seattle résuma magnifiquement la différence entre la philosophie blanche et la philosophie indienne de la nature:

" Le ciel au-dessus de nos têtes qui a pleuré des larmes de compassion pendant des siècles et des siècles, qui nous paraît immuable et éternel est soumis  au changement.
Aujourd'hui est clair, demain il sera peut-être recouvert de nuages. Chaque parcelle de ce pays est sacré dans l'esprit de mon peuple, chaque flanc de montagne, chaque vallée, chaque plaine, chaque bocage a été sanctifié par un événement heureux ou malheureux survenu à une époque depuis longtemps révolue. Les rochers eux-mêmes apparemment muets et morts transpirent sous le soleil le long du rivage silencieux et frémissent du souvenir important lié à la vie des miens. Quand le dernier homme rouge aura disparu de la surface de cette terre et que le souvenir des miens sera devenu un mythe parmi les hommes blancs, ces rivages s'animeront des morts invisibles de ma tribu. Lorsque les enfants de vos enfants se croiront seuls dans les champs, dans les magasins, sur les routes ou dans le silence des bois impénétrables, ils ne le seront pas. La nuit, quand les rues de vos villes et de vos villages seront silencieuses, et que vous les croirez désertes, elles seront remplies par la foule des revenants qui occupaient autrefois cette belle contrée et continuent de l'aimer.
L'homme blanc ne sera jamais seul."

Et quelques temps plus tard, résonnait dans la plaine:

" Tuez tous les Indiens que vous rencontrerez" ordonna le colonel Evans.
" Le seul indien bon est un indien mort " phrase définitive et célèbre du Général Shéridan.

Ainsi la conquête de l'Ouest ne fut qu'une extermination systématique de millions d'Indiens.

21:59 Écrit par gisella56 dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : l_aigle_et_le_bison |  Facebook |

Commentaires

ils ont jamais su oui l'homme blanc par sa cupidité n'a jamais su voir ce que notre mère nature savait si humblement nous offrir alors ils détruisent. ils ont détruit tan de peuples qui savaient et qui avaient trouvé la sagesse du savoir quand eu il possédait un esprit qui les guidait dans un savoir d'une grande vérité.Et combien ce savoir est grand, voila aussi pourquoi tan de peuples qui avaient découvert cette immense sagesse ont été détruit.Par la peur des hommes blanc qui se croyaient dans la vérité de leur croyance ont tan détruit. Mais ils se trompent, si ils savaient combien ils se trompent.

Écrit par : saintes | 07/02/2009

sacher trouver Qu'ils sachent trouver leur loup qui les guidera ver l'enseignement et l'initiation de leur vie spirituel et là ils trouveront au plus profond de leur coeur ce grand respect. Qu'il sachent trouver ce tigre protecteur des esprits des hommes et plus de peur en eux existera et là ils seront combien il est bon de vivre sur notre terre et combien nous devons la respecter et vous respecter car depuis des siècle vous êtes dans la vérité et eux dans l'ignorance.

Écrit par : saintes | 07/02/2009

Les commentaires sont fermés.