22/08/2006

Sitting Bull


Sitting Bull
1831 - 1890
 

Cet homme aux traits durs, à l'expression emplie de sagacité perçante, tel qu'il apparaît sur les clichés de l'époque, a porté à bout de bras la destinée de son peuple; pour lequel il ne désirait qu'une chose, une vie libre. Guerrier, il le fut jusqu'au tréfonds de l'être. Et pourtant il n'y eut pas plus ardent défenseur de la paix que lui. Sa vie entière se passa à essayer de trouver un terrain d'entente avec les Blancs et le gouvernement américain. Rares sont les chefs indiens qui déployèrent une semblable volonté de paix. Mais quand il dut livrer bataille, il le fit avec une rage féroce.

La légende qui le poursuit fait de lui un "homme-médecine", un sage, un "saint-homme" peu enclin aux choses de la guerre. C'est en grande partie faux. Les témoignages laissent penser en effet que Sitting Bull avait un don de prophétie avéré, mais il fut aussi et surtout un homme de guerre, meneur de combats. C'est ainsi qu'il se distingua parmi les siens, et qu'il réussit, au 19e siècle, à être l'unificateur de plusieurs tribus des Plaines. Comme tout leader indien, il tenait entre ses mains les deux pôles qu'on pourrait croire opposés de la conscience indienne: d'un côté une spiritualité orientée vers la paix et l'entente avec tout ce qui vit, et de l'autre, une éducation guerrière extraordinairement poussée. Sitting Bull fut un de ceux qui parvinrent peut-être le mieux à gérer cette apparente incompatibilité. L'envergure du personnage n'en est que plus marquante à une époque où, côté "Blanc", tous ceux qui participèrent de près ou de loin à la "politique indienne" du gouvernement américain ne furent que de médiocres figures, dont le principal souci était la carrière personnelle et l'obtention des faveurs gouvernementales, en espérant pour certains, qu'elles finiraient bien par les hisser en haut de la hiérarchie sociale et politique, voire, ainsi que l'escomptait le général Custer, au rang de président des Etats-Unis. Custer paya de sa vie l'aveuglement qui lui valut son extravagante ambition. Quelques années plus tard, ce fut au tour de Sitting Bull dont l'autorité, devenue plus que gênante pour ses ennemis de tous bords, Blanc et Indiens, fut à l'origine de son assassinat en 1890, année marquée par tant de violences et de troubles, et dont le massacre de Wounded Knee fut, en quelque sorte, la sanglante apothéose.

14:22 Écrit par gisella56 dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : l_aigle_et_le_bison |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.